|     | Recherche avancée
Imprimer cette page

Un concept pour promouvoir la motricité et le sport auprès des enfants de 0 à 12 ans
Conférence de presse du 11 mai 2018
11-05-2018 / 11-05-2018


Le ministre de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse, Claude Meisch, et le ministre des Sports, Romain Schneider, ont présenté le 11 mai 2018 un nouveau concept pour une éducation motrice, physique et sportive des enfants de 0 à 12 ans.

Le concept, élaboré par les deux ministères, définit les principes, les pistes et les acteurs nécessaires pour promouvoir le plaisir de bouger et de s'adonner à des activités sportives auprès des enfants jusqu'à l'âge de 12 ans.

Parmi les acteurs principaux qui peuvent influencer le taux d'activité et l'éducation à l'activité physique, on retrouve les parents, les clubs sportifs, les services d'éducation et d'accueil et les assistants parentaux, et, surtout, les écoles. L'école est en effet la seule institution qui touche tous les enfants.

« Nous proposons un maximum d'actions concrètes pour que le sport et le mouvement redeviennent une normalité pour les enfants, dans la famille, à la maison relais et à l'école. Nous voulons donner aux enfants le goût de l'activité physique pour améliorer leur développement et leur donner une hygiène de vie plus saine », a annoncé Claude Meisch. De nos jours, en effet, une grande partie des enfants manquent de mouvement. Dans une société marquée par la sédentarité, les transports publics ou privés ont remplacé le chemin de l'école, les PC et tablettes se sont substitués aux jeux en plein air ...

Les parents sont les premiers à devoir être sensibilisés aux bienfaits de l'activité physique pour leurs enfants. Un guide théorique et pratique, développé d'ici 2019, thématisera l'importance du mouvement et donnera des idées d'activités à pratiquer en famille.

Dans les structures d'accueil (crèches et maisons relais) et chez les assistants parentaux, le cadre de référence national pour l'éducation non formelle, en vigueur depuis octobre 2017, inscrit le mouvement, la conscience corporelle et la santé parmi les champs prioritaires de développement de l'enfant.

Le plan quinquennal d'équipement sportif 2018-2023 prévoit pour la première fois la possibilité de subventionner des salles de motricité dans les maisons relais pour les enfants de 4 à 12 ans. Ces salles seront subventionnées par le ministère des Sports à hauteur de 35% s'il s'agit de projets locaux, et de 50%, s'il s'agit de projets régionaux. Le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enfance et de la Jeunesse continue de contribuer au financement des salles dans le cadre des conventions de construction qu'il conclut avec les administrations communales.

Au niveau scolaire, des écoles « en mouvement », inscrivent les activités physiques dans l'apprentissage en classe, au quotidien avec un impact positif sur la concentration des élèves et donc sur leurs résultats scolaires. Le projet est appelé à être multiplié au niveau national.

À l'école toujours, des mesures de dépistage, de prévention et de remédiation des problèmes de motricité seront mises en place.

Les activités de la Ligue des associations sportives de l'enseignement fondamental (LASEP), qui propose des activités sportives en dehors des horaires scolaires accessibles à tous les enfants scolarisés à l'enseignement fondamental, continueront à être promues.

De nouveaux modèles de collaboration seront développés entre les maisons relais et les clubs sportifs pour assurer la mobilité des enfants entre ces deux institutions. Deux tiers des enfants scolarisés fréquentent en effet les maisons relais et il s'agit de leur permettre de fréquenter parallèlement les clubs sportifs.

Un point essentiel du concept touche la formation, tant initiale que continue, du personnel enseignant et des éducateurs.

À partir de 2018-2019, l'École nationale de l'éducation physique et des sports (ENEPS) et l'Institut de formation de l'Éducation nationale (IFEN) collaboreront afin de coordonner les interventions et les offres que l'ENEPS dispensera en partie elle-même. Le stage d'insertion professionnelle pour enseignants offrira une formation optionnelle pour approfondir la pédagogie des activités motrices.

Le Lycée technique pour les professions éducatives et sociales (LTPES), qui forme les éducateurs diplômés de l'État, offrira des cours d'approfondissement en matière d'éducation motrice.

« Ce concept initie un processus pour les années à venir » a conclu Roman Schneider. « Les actions et les sensibilisations menées auprès des jeunes enfants aujourd'hui porteront leurs fruits à long terme. »